smartphone et infidélité

Posté le 16 juin 2017

Dossier Infidélité 3.0 : le rôle du smartphone dans les relations extra-conjugales des Français

Indispensable pour la génération Z, révolutionnaire pour d’autres, gadget mystérieux pour les plus anciens, le smartphone est partout. En 2016, il a été couronné “premier équipement digital des Français”. D’ailleurs, selon une récente étude de Deloitte, 77% d’entre eux en possèdent un.  

Peu surprenant donc, que le smartphone soit également devenu un outil essentiel au quotidien des infidèles. Mais dans quelle mesure les Français utilisent-ils leur smartphone pour gérer leurs relations extra-conjugales et en quoi leur comportement digital est-il différent de leurs voisins européens ?

Pour le savoir, Gleeden, site pionnier et leader de la rencontre extra-conjugale qui compte plus de 3,5 millions de membres a mené une étude inédite auprès de plus de 3 000 personnes en France, en Italie, en Espagne et en Allemagne*.

 Dossier Infidélité 3.0

   

Le smartphone, outil essentiel du quotidien des infidèles français

Un Français sur cinq consulte son smartphone moins de 5 minutes après le réveil. 49% l’utilisent dans les transports en commun. 92% s’en servent au travail. 55% admettent le consulter plus de 10 fois par jour. Tels sont les chiffres de la relation fusionnelle qui lie les Français à leur smartphone**. Et les infidèles semblent tout aussi accro : 81% d’entre eux estiment qu’il joue un rôle primordial dans leur relation extra-conjugale. Une tendance qui s’applique également à nos voisins italiens (75%), espagnols (73%) et allemands (78%). 65% des françaises interrogés n’envisagent pas une relation adultère sans smartphone.

 

Le texto, le mot d’amour virtuel des infidèles Français

Pour les infidèles européens, le smartphone est avant tout un moyen de communiquer avec leur amant(e). Pour ça, les messageries instantanées (WhatsApp, Telegram etc…) ont le vent en poupe. Réputées discrètes et sécurisées, elles sont leur moyen de communication préféré. Mais ce n’est pas le cas des Français qui privilégient encore les textos et les mails. L’appel vocal est boudé par une grande majorité des infidèles européens. Sûrement jugé trop risqué, seuls 10% d’entre eux l’utilisent régulièrement pour communiquer avec leur amant(e).

 

Les infidèles Français : incorrigibles romantiques

Messages coquins, achats de cadeaux en ligne, réservation de restaurants et d’hôtels, les membres Gleeden ont ensuite été interrogés sur leurs petites habitudes quotidiennes pour entretenir virtuellement leur relation extra-conjugale.  Fidèles à leur réputation, les infidèles Français sont les plus romantiques d’Europe. Avec une mention spéciale pour les hommes ! Ce sont eux qui consacrent le plus de temps à faire des réservations de restaurants et d’hôtels (56%) et à commander des cadeaux à leur amant(e) (15%) via leur smartphone. Leurs voisins italiens devraient en prendre de la graine… Seuls 3% d’entre eux utilisent leur smartphone pour gâter leur maîtresse.

 

Le smartphone, un jardin secret qu’il faut protéger

Pour terminer cette étude, Gleeden s’est intéressé au comportement digital adopté par les infidèles européens pour préserver leur relation adultère.  

Pour communiquer discrètement avec leur amant(e), 42% des infidèles européens interrogés par Gleeden privilégient le lieu de travail, là où ils sont sûrs que leur conjoint(e) ne viendra pas les chercher ! En grandes accros du shopping, près de la moitié des Françaises (48%) échangent avec leur amant(e) depuis les magasins. De leur côté, les infidèles espagnols sont fidèles à leur réputation de fêtards puisqu’ils contactent en majorité leur amant(e) depuis un restaurant ou un bar (40%) ! Enfin, les Allemands profitent souvent d’un trajet en bus ou en tram pour envoyer des mots doux à leur amant(e) (51%). Il faut dire que le pays est considéré comme l’un des mieux équipés en transports en commun d’Europe.

Mais de quelle façon concrète, les infidèles européens protègent-ils les précieuses données de leur smartphone ? Bien que code pin ou le mode silencieux restent des indispensables pour la majorité des infidèles européens et que près de la moitié d’entre eux (46%) affirment toujours garder leur téléphone avec eux, chaque pays a ses propres habitudes technologiques. Par exemple, les Français (32%) et les Allemands (51%) suppriment régulièrement les appels et messages de leur amant(e), ce qui n’est pas le cas des Italiens et des Espagnols, plus confiants ou tout simplement plus attachés à leurs échanges extra-conjugaux.

Enfin, pour maintenir leur conjoint(e) à distance, certains sont prêts à tout ! Ainsi, de nombreuses applications mobiles pour les infidèles voient le jour. Certaines fournissent des alibis en béton pour les infidèles en manque d’imagination (SOS Alibi, French Alibi), d’autres permettent même de localiser son conjoint (Spyera) ! 7% des infidèles européens les utilisent déjà. Et avec une offre exponentielle, tout laisse à penser qu’ils seront beaucoup plus nombreux à s’en servir dans les prochaines années.

 

Infidélité 3.0 : des relations extra-conjugales plus virtuelles que jamais

Les résultats de cette étude dépeignent une vraie tendance à la virtualisation des relations extra-conjugales des Européens. La majorité d’entre eux s’envoient des textos (64%) et s’appellent (36%) tous les jours tandis que seuls 11% prennent le temps de se voir quotidiennement. 63% d’entre eux ne se voient d’ailleurs qu’une seule fois par semaine.

82% des infidèles Français affirment néanmoins que le sexe garde une place plus importante que le virtuel dans leur relation extra-conjugale. Mais pour combien de temps ? Smartphone, réalité augmentée, réalité virtuelle relevaient il y a peu de la science-fiction. Aujourd’hui, ils font partie intégrante de notre quotidien. Un jour peut-être, la technologie supplantera les rapports humains et charnels. Alors, le smartphone pourrait devenir le véritable amant.

* Etude menée en ligne auprès de 3 237 membres de Gleeden.com mariés ou en couple
** Source : Etude Deloitte menée sur un échantillon de 2 003 répondants français âgés de 18 à 75 ans

Télécharger (PDF, 1.85MB)