infidelite-confinement

Posté le 9 mai 2020

Infidélité & respect du confinement

36% des infidèles avouent avoir bravé les règles du confinement pour aller voir leur amant(e). 71% envisagent de leur rendre visite dès la première semaine du déconfinement


Il y a quelques jours, Neil Ferguson, le célèbre épidémiologiste et conseiller scientifique du gouvernement britannique avait dû présenter sa démission après avoir bafoué les règles du confinement en faisant venir sa maîtresse à plusieurs reprises à son domicile.  Cette anecdote, qui a fait la « une » des médias au Royaume-Uni, ne serait pourtant pas un cas isolé, à en croire la dernière étude* réalisée par Gleeden, le leader de la rencontre extra-conjugale en Europe. 

En effet, après avoir interrogé plus de 2500 membres en ligne, plus d’un tiers (36%) des répondants avouent avoir déjà bravé les règles du confinement afin de pouvoir retrouver leur amant(e). 71% affirment qu’ils comptent profiter du déconfinement pour se voir très prochainement.


Quand le confinement dure trop longtemps

Dans cette étude, Gleeden a également demandé à ses membres à quel moment du confinement ils avaient décidé de braver les interdits afin de retrouver leur amant(e). Bien que 11% aient décidé de s’affranchir des règles imposées par le gouvernement dès les premiers jours, 70% affirment avoir été plus patients en respectant ces mesures de distanciations sociales au moins le premier mois. 32% admettent avoir craqué que très récemment, quelques jours seulement avant le début du déconfinement.

Et pour de nombreux contrevenants, il y a eu récidive ! En effet, 42% des sondés avouent avoir fait une entorse au règlement deux à trois fois depuis le début du confinement et 35% admettent l’avoir fait plus de 3 fois. Seul un petit quart (23%) n’a pas osé réitérer l’expérience.

Déconfinement : ils comptent bien en profiter !

L’étude s’est ensuite intéressée au comportement anticipé des infidèles lors de la phase de déconfinement. 71% des répondants admettent qu’ils comptent retrouver leur amant(e) dès la première semaine du déconfinement.

Bien qu’ils n’auront plus besoin d’attestation officielle pour quitter le domicile conjugal, ils devront cependant faire preuve d’organisation pour justifier leurs déplacements auprès de leur conjoint(e).

Ainsi, 81% des répondants pensent utiliser la carte amicale et familiale pour couvrir leurs escapades extra-conjugales. 69% comptent qualifier cette activité de « sportive », 57% envisagent prétexter un retour au travail tandis que 45% pourraient se servir de la bonne excuse des courses. Ils ne sont que 34% à songer à utiliser le retour des enfants à l’école comme prétexte pour s’absenter.

Solène Paillet, Directrice Marketing du site de rencontres extra-conjugale Gleeden explique :« Dès le début du confinement, nous avons enregistré une hausse record de trafic et d’inscriptions sur notre plateforme. Après enquête ,nous nous sommes aperçus que les membres Gleeden venaient à la fois rechercher du réconfort immédiat auprès de personnes qui les comprenaient mais qu’ils cultivaient également l’espoir de faire de nouvelles rencontres. »

 

Elle continue : « Après avoir passé de longs moments à flirter et à échanger en ligne, la tentation de se voir physiquement devient très forte voire irrépressible pour certain(e)s. D’autant plus lorsque la période de confinement s’allonge et que les tensions au sein du couple officiel s’accentuent. L’infidélité étant déjà en soi un acte transgressif, il n’est pas surprenant qu’ils aient aussi décidé de braver ces interdits. »

 

* Enquête réalisée en ligne du 29 avril au 04 mai 2020 auprès de 2552 membres Gleeden en France ayant déclaré avoir un(e) amant(e) au moment de l’enquête.