reconfinement

Posté le 24 novembre 2020

Face au reconfinement, l’infidélité s’organise !

Depuis plus de 3 semaines, la France est de nouveau confinée pour lutter contre la résurgence de l’épidémie du covid-19. Gleeden, le leader de la rencontre extraconjugale qui avait enregistré une hausse record de son trafic et des inscriptions sur sa plateforme lors du premier confinement, a lancé une nouvelle étude afin de mieux appréhender la façon dont ses membres se sont organisés pour faire face à cette nouvelle période d’isolement.

Après avoir interrogé plus de 3800 membres* en ligne, Gleeden, qui regroupe désormais une communauté de plus de 7,5 millions de membres, a tout d’abord souhaité savoir comment les infidèles vivaient ce second confinement par rapport au premier. Et la réponse est « mieux » pour près des deux tiers des répondants (64%). Seuls 15% des répondants affirment le vivre moins bien.



34% n’ont pas souhaité se reconfiner avec leur conjoint(e)

Pour bien vivre cette nouvelle période d’isolement, plus d’un tiers des répondants (34%) ont décidé de ne pas se reconfiner avec leur conjoint officiel. Ainsi, 13% ont préféré rejoindre des membres de leur famille ou des amis, 11% ont fait le choix de se retrouver seul(e). Plus étonnant, 8% des sondés affirment qu’ils ont réussi à se confiner avec leur amant(e) !



78% des infidèles ont gardé contact avec leur amant(e)

Pour les infidèles, confinement ne rime pas forcément avec délaissement ! Bien au contraire, ils sont 78% à avoir gardé contact avec leur amant(e) depuis la fameuse annonce du gouvernement. Mais par soucis de discrétion, ils doivent faire preuve d’ingéniosité pour ne pas se faire démasquer. Ainsi, 85% préfèrent attendre d’être complètement seuls pour contacter leur bien-aimé(e). Que ce soit lorsqu’ils se rendent au travail, lorsqu’ils vont déposer les enfants à l’école ou lorsqu’ils vont faire les courses, les occasions d’isolement sont plus nombreuses lors de ce second confinement.

71% affirment utiliser une messagerie discrète telle que celle offerte par la plateforme Gleeden pour plus de discrétion. Certains plus téméraires (53%) se contactent directement par texto ou téléphone mais enregistrent leur soupirant(e) sous un nom différent. Enfin, d’autres organisent leurs escapades amoureuses par mail (45%) ou s’appellent à heure fixe (21%).



L’infidélité : un bon moyen pour garder le moral !

Alors que le nombre de personnes touchées par des troubles psychologiques (états dépressifs ou anxieux) a plus que doublé ces dernières semaines, l’infidélité semble être une parade toute trouvée pour y remédier !

En effet, toujours d’après cette étude, 88% des infidèles interrogés affirment qu’ils gardent principalement contact avec leur amant(e) car cela leur fait du bien au moral ! Le fameux slogan « Contrairement l’antidépresseur, l’amant ne coûte rien à la sécu » affiché fièrement par Gleeden il y a quelques années dans le métro parisien prend finalement tout son sens !

Pour les deux tiers des répondants (62%), il était inconcevable de ne pas rester en contact car ils sont très attachés à leur amant(e). 31% affirment que ce contact régulier permet de leur changer les idées et 15% cherchent à compenser une communication de couple insatisfaisante. Seuls 12% gardent contact avec leur amant(e) pour tromper l’ennui.



67% des couples illégitimes ont réussi à se retrouver pendant ce second confinement

Plus souple que le premier, ce second confinement semble être plus adapté aux rencontres illégitimes. Alors qu’ils n’étaient que 36% a avoir bravé l’interdit lors du premier confinement, ils sont déjà plus des deux tiers (67%) à s’être vu au moins une fois depuis le 30 octobre. Près d’un tiers (32%) affirme même s’être déjà vu plusieurs fois. 22% des répondants n’ont quant à eux pas encore eu l’opportunité de se voir mais sont à pied d’œuvre pour organiser une rencontre. Seuls 11% se sont résignés à ne pas se retrouver pendant cette nouvelle période d’isolement.



« Chéri, je vais faire les courses ! »

Cette étude s’est également intéressée aux moments les plus opportuns pour les infidèles pour pouvoir se retrouver. En tête du classement : les courses pour 67%, les trajets pour se rendre au travail pour plus de la moitié des répondants (52%) mais également le sport à l’extérieur pour 48%. Ils ne sont que 36% à utiliser le trajet pour déposer les enfants à l’école comme prétexte pour s’absenter et moins d’un quart (24%) à sortir le chien pour organiser leur rendez-vous clandestins.

Solène Paillet, Directrice de la communication de Gleeden réagit à cette enquête : « Pour ce second confinement, les infidèles ont pris les devants et se sont mieux organisés pour pouvoir se retrouver. L’augmentation du trafic que nous avions constaté lors du premier confinement, qui était synonyme d’un trop plein à évacuer et d’une recherche de lien social entre personnes qui se comprennent, n’a pas eu lieu cette fois-ci. Nous avons bien constaté une légère hausse de trafic par rapport à l’année dernière sur la même période (+31% d’inscriptions par rapport en 2019 sur les semaines du 02 au 15 novembre) mais rien d’aussi intense que ce nous avions observé au mois de mars. »

Elle continue : « La période de la rentrée scolaire a également été marquée par une explosion du trafic et des inscriptions. Nous avions d’ailleurs enregistré le mardi 1er Septembre (le jour de la rentrée) une de nos meilleures journées depuis la création de la plateforme en 2009. Il semblerait que cette période, souvent synonyme de remise en question, ait été l’occasion pour les infidèles de tirer les enseignements du premier confinement et de mieux se préparer à cette seconde vague d’isolement. »

* Enquête Gleeden réalisée en ligne du 10 au 16 novembre 2020 auprès de 3841 membres du site ayant déclaré avoir un amant au moment du second confinement