osez 20 histoires d'infidélité

Posté le 20 septembre 2017

Osez… 20 histoires d’infidélité !

Gleeden et les éditions La Musardine se sont associés pour un tout nouvel ouvrage uniquement consacré au thème de l’infidélité ! 20 histoires écrites par 20 auteur(e)s différent(e)s à découvrir sans plus attendre ! La bonne nouvelle ? La Musardine met en place un code promotionnel exceptionnel réservé exclusivement aux membres Gleeden !

À quoi ressemble l’infidélité en 2017 ? Quelles stratégies déploient amants et maîtresses pour s’adonner aux joies de la relation adultérine ? Quels sont les scénarios sexuels favoris des Emma Bovary d’aujourd’hui ? Vous le découvrirez à travers ces 20 histoires qui vous conduiront tour à tour dans la chambre d’une femme qui trompe son mari avec un ami de son fils, dans les toilettes d’un restaurant où une femme succombe au charme d’un mystérieux inconnu pendant que son époux l’attend derrière son assiette sans se douter de rien, dans une boîte de nuit en compagnie d’une femme qui choisit elle-même les proies avec lesquelles son mari aura le droit de la tromper… et bien sûr dans les alcôves secrètes des infidèles qui se rencontrent sur internet. 

Du 20 au 30 septembre, bénéficiez d’un tarif exclusif de -30% sur l’achat du livre “Osez… 20 histoires d’infidélité” grâce au code promo : GLEEDEN

Pour en profiter dès à présent cliquez ici !


Découvrez en exclusivité 3 extraits du livre “Osez… 20 histoires d’infidélité” !


LES PETITS MENSONGES D’ANNIE C. – Viviane Faure

– Tu mouilles autant avec ton mari ? En d’autres circonstances, la question aurait glacé Anne. Là, elle se contenta de répondre : — Tais-toi ! Lèche ! Comme si ça ne l’atteignait pas. Elle savait que le garçon essayait de la faire sortir de ses gonds, justement pour qu’elle le traite comme elle venait de le faire. Elle lui passa la main derrière le crâne afin de guider ses gestes. Anne prenait le temps d’apprécier chaque seconde de cette caresse. Elle savait qu’il ne se lasserait pas, qu’il la lécherait jusqu’à ce qu’elle jouisse. Le plaisir affluait par vagues ; elle essaya de le faire durer encore, d’étoiler le moment d’une dose d’éternité. Quand ça explosa enfin, ce fut si fort que ses cris se transformèrent en sanglots… 


LE DERNIER TABOU – Ornella Caldi

Guillaume, le visage crispé par le plaisir inattendu de voir sa femme jouer les chiennes, me saisit les bras, me relève, me tourne face au plan de travail. Là, sans autre forme de procès, il déboutonne mon jean, le fait glisser ainsi que mon string, et, sans prendre la peine de les libérer de mes pieds, il écarte mes fesses et enfonce sa langue entre mes lèvres. La tête renversée sur le bois, les cheveux dans la figure, je me concentre sur la langue de Samuel qui sait si bien embraser mon sexe. Bientôt mon clitoris est si dur que chaque contact est un supplice, et mon entrejambe trempé. Est-ce mon amant qui salive ou moi qui mouille comme une affamée ? Je ne peux plus tenir, il le sait, alors il laisse une dernière fois sa langue glisser entre mes fesses — mon petit trou rose se crispe à son contact, comme s’il s’étonnait, chaque fois, d’être si outrageusement sensible — et finalement, se retire. — Dis-moi que tu veux que je te baise. Je m’entends répondre :  — Oui, baise-moi, maintenant !


L’HOMME A LA CHAISE – Rita

Je ne lui laisse pas le temps de la mettre en route. Ma fièvre est trop grande et, possédée par elle, je fais un pas de plus vers lui. Je crois qu’il ne comprend pas tout. Il reste immobile. Mon visage est à quelques centimètres du sien. Il ne recule pas, il ne parle pas, ça m’encourage. Je prends son visage entre mes deux mains, et je l’embrasse. Je ne le fais pas du bout des lèvres comme je l’aurais fait d’habitude. Je l’embrasse goulûment, avec toute ma bouche et toute ma langue. Affamée. Et il ne résiste pas, suit mon élan, se met lui aussi à me dévorer. Je pousse un soupir de soulagement quand je sens ses mains m’empoigner les fesses. Cela fait des jours que la fièvre monte, que ce fantasme m’habite, que cet homme me hante. Je crois n’avoir jamais embrassé comme cela, avec autant de fougue et d’indécence. Je sens immédiatement que c’est un baiser différent des centaines que j’ai pu donner à mon mari. Et puis cette nouvelle bouche, avec cette nouvelle langue, cette nouvelle salive, cette nouvelle odeur, cette nouvelle respiration… Je m’imprègne de toute cette nouveauté… je sens de drôles de frissons électriques parcourir mon corps.